Créer

Valider son idée d’entreprise en 3 points

Challenger son business

Trop de créateurs ont perdu des années parce qu’ils se sont lancés dans les créneaux sans aucun débouché ou parce qu’il ne possédait pas les atouts pour réussir sur leur marché. Inversement, comme la justement remarqué  Guilhem Bertholet, « C’est fou le nombre de personnes qui ne donnent pas une chance à leurs idées, qui s’autocensurent… ». Pour éviter dans n’arriver là, Michel de Guilhermier, président de l’Accélérateur, explique dans une vidéo que tout entrepreneur devrait valider deux éléments avant de se lancer, ou de renoncer:


Il faut faire la différence entre l’idée et l’opportunité. Une opportunité répond à un besoin alors que l’idée pas forcément. Et une idée qui ne se vend pas ça sert à rien. Il faut donc valider le fait que l’idée soit une opportunité.

Tout d’abord, il faut valider que l’idée plaît. C’est à dire qu’il y a des clients prêts à payer pour cette idée (le produit ou le service). Mais ce n’est pas suffisant, une bonne idée c’est aussi une idée pour laquelle il y a des clients qui sont capables de payer le prix qu’on veut.

Robert Papin va un peu plus loin. Dans son ouvrage « la création d’entreprise », l’entrepreneur doit également valider au préalable une troisième chose: il doit être capable de savoir s’il a à sa disposition les atouts nécessaires pour attirer ses clients.


Une bonne idée c’est donc une idée validée en 3 points:

  • Clients: Votre idée répond elle à un besoin? Est-elle susceptible d’intéresser un nombre de clients suffisant?
  • Prix: Quel prix ces mêmes clients sont-ils prêts à payer? Est-ce un prix suffisant pour que ce soit rentable?
  • Moyens: Avez vous a disposition les atouts nécessaires pour attirer ces clients ou êtes vous en mesure de vous procurer ces atouts facilement.


Maintenant que vous avez les 3 bonnes questions, il faut y répondre à l’aide d’une étude de marché.


L’étude de marché beau en théorie mais difficile  mettre en pratique

Une étude de marché pertinente comporte les éléments suivant:

  • Identifier d’abord les acheteurs potentiels
  • choisir un échantillon représentatifs de ces acheteurs (au moins 100)
  • élaborer une liste des questions à poser

Malheureusement il n’est pas évident de mener à bien cette mission. Soit parce qu’il est difficile de sélectionner un échantillon représentatif soit parce que vous n’avez pas les compétences en statistiques pour interpréter les données recueillis. Enfin il est très probable que, si vous n’ayez pas d’expériences d’enquêteur, vous meniez les entretiens d’une telle façon que les réponses soient biaisées. Engager un organisme spécialisé? Trop onéreux.

Comment faire alors? Je vous propose de vous rendre sur l’article suivant: Comment tester un projet de création sans étude de marché  . Il est aussi possible d’utiliser un Minimum-viable-product.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *