BlogLever des fonds

N’intégrez pas d’accélérateur dans ces 3 cas

accompagner les jeunes pousses

Pour faire grandir et progresser votre startup, vous devez vous entourer et demander des conseils. Pour cela, les accélérateurs sont particulièrement efficaces.

Pour autant, ce n’est pas un passage obligatoire et il y a des pièges à éviter. A mon avis, il y a 3 situations où il faut même éviter d’intégrer ce type de structure.


Lorsque vous n’êtes pas prêt à diluer votre capital ou que vous ne voulez pas d’associé

La plupart des accélérateurs investissent dans les startups qu’ils accompagnent en échange d’une part du capital pour assurer leur pérennité. 

C’est souvent un sujet d’inquiétude pour les entrepreneurs. En effet, si l’accélérateur prend une part trop importante du capital, cela peut rendre très difficile les prochains tours de table. Le schéma proposé par Brandalyser illustre bien la problématique :

la dilution dans une startup à cha

Il n’y a pas de norme dans l’industrie de l’investissement mais en général, pour vous donner une idée, les accélérateurs prennent entre 5 et 7% du capital.

Est-ce beaucoup ? Est-ce trop ? Parfois, oui. Parfois, non. Cela dépend pour beaucoup de ce que va vous donner l’accélérateur en retour. Et la plus part du temps, c’est trop. Beaucoup trop. 

Par exemple, le Y Combinator, l’accélérateur le plus célèbre au monde, prend 7% de capital et investit entre 100k$ et 120k$. Un investissement complètement rentable pour certains comme Brian Chesky (Airbnb, le plus beau succès du Y Combinator). 


Lorsque vous n’êtes pas prêt à déménager

Ce n’est pas le cas à chaque fois mais beaucoup d’accélérateurs exigent des fondateurs qu’ils soient mobiles.

Par exemple, lorsque Zoli Honig de Chalkable a reçu une offre directement de Dave McClure, fondateur de 500 Startups, pour rejoindre son accélérateur, la condition était de déménager avec femme et enfants. Sceptique dans un premier temps, il accepte finalement l’offre et ne le regrettera pas.

Mais pour qu’elle raison ? 

Voici un aperçu de la section FAQ de Y Combinator qui explique pourquoi il est préférable de déménager :

L'accélérateur de startups le plus célèbre du monde

Donc, si vous considérez la relocalisation trop chère ou trop longue, alors peut-être que vous ne devez pas intégrer d’accélérateur. Ce serait une perte de temps. Un mauvais investissement. 


Si vous pensez que c’est l’accélérateur qui fera le succès de votre startup

Si vous pensez que le succès de votre startup repose sur l’accélérateur, vous vous trompez.

Mark Cuban a déclaré dans une interview du Triangle Business Journal :

« Trop d’entrepreneurs pensent qu’en intégrant un accélérateur, ils ont accompli quelque chose, alors que ce n’est pas le cas. Un faux sentiment de confiance s’empare d’eux. J’appelle cela :  l’inflation de l’incubateur. « 

Même les meilleurs accélérateurs du monde ont un fort pourcentage d’entreprises en faillite.  Par transparence, le Y combinator met à disposition le nom des startups qu’ils ont accompagné et qui sont aujourd’hui mortes. Je vous mets un extrait ici de cette longue liste, ça fait réfléchir :

Les startups accompagnées par le y combinator

Techstars, autre champion des accélérateur (2ème derrière Y combinator), est aussi transparent sur ses chiffres :

Les chiffres de l'accélérateur techstar

Si la crème des accélérateurs affiche des taux d’échec particulièrement conséquent, quid des autres accélérateurs ?

Selon WSJ, 45% d’entre eux n’ont pas encore amené un seul entrepreneur jusqu’à la levée des fonds (de type capital risque).

Intégrer un accélérateur ne doit pas être une finalité.


Sources :

→ Techstars

Don’t join accelérator program

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *