Blog

Incubateur VS Accélérateur

Faire la différence sur les structures d'accompagnement

Donner les meilleures chances de réussites aux startups aux moyens de mentors, de coachs, hébergement, formation… telle est la finalité des incubateurs et des accélérateurs.

Faire la distinction entre ces deux types de structure d’accompagnement n’est donc pas chose facile. Cette confusion provient de la différence avec les anglo-saxons, nous utilisons les mêmes mots pour désigner des choses différentes.


L’incubateur avant l’accélérateur

Dans l’hexagone, nous distinguons la phase avant la création de l’entreprise (dépôt des statuts) et après la création. Les incubateurs accompagnant la première phase, laissant la seconde aux accélérateurs.

Aux Etats-Unis, cette distinction n’existe pas. Ils n’ont pas cette vision découpée du projet, ce qui compte c’est que l’entreprise se développe (augmentation du chiffre d’affaires). Les incubateurs américains accompagnent donc plutôt la deuxième phase de l’entreprise délaissant la première phase (l’incubation) qui est de loin la plus risquée et la moins rentable. +


Le modèle économique

Impossible de gagner de l’argent pour les structures qui accompagnent la phase d’incubation, hormis quelques petites prestations (expertises ou loyer d’hébergement) qui sont de toute façon facturées en dessous  du prix du marché, puisque les startups n’ont pas les moyens. Elles dépendent donc en grande partie, pour la plupart, des financements publiques (universités, collectivités, etc.).

L’accompagnement de la phase post-création est plutôt assurée par les investisseurs et les entreprises privées qui ont vite compris – les incitations fiscales aidants – l’intérêt d’investir dans les startups à cette phase de vie via des accélérateurs.

Les années passants, les collectivités ont eut de plus en plus de males à financer leurs incubateurs qui ont dû trouver d’autres des sources de revenues autres que publiques. Pour stabiliser leur modèle, ils se mettent eux aussi à accompagner les startups lorsqu’elles sont un peu plus matures, en phase post-création.

Par conséquent, considérer que l’incubateur s’occupe des entreprises avant leur création et l’accélérateur après est une distinction trop simple, qui ne rend pas compte entièrement de la réalité du terrain.


La prise de risque comme seul critère

Le seul critère qui distingue objectivement les deux, c’est la prise de participation. Une structure d’accompagnement n’est un accélérateur que dans la mesure où elle partage ne serait-ce qu’une partie du risque avec les fondateurs et les investisseurs. Par conséquent, son modèle économique tient beaucoup à la réussite des startups qu’il accompagne contrairement à un incubateur qui dépend beaucoup généralement plus des financements publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *