Non classé

Un freelance n’est pas un entrepreneur.

qu'est ce qu'un entrepreneur

Dans un précédent article, nous avons vu que le mot « startup » désigne une forme d’entrepreneuriat bien précise et que nous ne pouvons pas l’utiliser à tout va. Nous avions d’ailleurs fini l’article en concluant que TESLA n’était pas une startup.

Causée par la popularité grandissante du statut auto-entrepreneur, je souhaite aussi apporter un éclairage sur le mot « Entrepreneur », confondu régulièrement avec celui de « Freelance ».


Un peu d’histoire…

C’est au Moyen-Âge que le mot « entrepreneur » est utilisé pour la première fois. Au XIIème siècle, l’entrepreneur était le chevalier héroïque qui allait au combat pour défendre une cause juste. Ses services étaient rémunérés et scellés par un contrat.

Au XVIII ème siècle, le terme « entrepreneur » bascule définitivement dans la sphère économique. Pour Joseph Aloïs Schumpeter, économiste autrichien, l’entrepreneur n’est pas un simple créateur, ou repreneur d’entreprise, comme on le dit souvent. C’est le moteur de l’évolution économique :

définition entrepreneur selon schumpeter

L’entrepreneur, c’est donc quelqu’un qui apporte une innovation, c’est-à-dire une nouvelle combinaison des moyens de production. Dans cet effort de définition de l’entrepreneur, les notions de risque et d’innovation sont donc fondamentales.


Le freelance est-il un entrepreneur ? 

En 10 ans, le nombre de freelances a augmenté de 120% en France. Ces travailleurs indépendants (experts marketing, graphistes ou encore développeurs informatiques) qui choisissent de se mettre à leur compte sont-ils pour autant des entrepreneurs ?

Non, répond Seth Godin : Une pigiste est quelqu’un qui est payé pour son travail. Il facture à l’heure ou au projet. Les pigistes écrivent, conçoivent, consultent, conseillent, etc. Ainsi, l’objectif d’un pigiste est d’avoir un travail stable, sans patron. La liberté. Il fait son travail du mieux qu’il peut pour augmenter progressivement ses prix, son salaire horaire en quelque sorte. Rien à voir donc avec l’entrepreneur qui lui, bâtit un projet d’envergure beaucoup plus grande.

On peut résumer les choses de cette manière : les entrepreneurs fondent des organisations évolutives qui créent de l’argent, tandis que les pigistes échangent simplement leur temps contre de l’argent.


L’entrepreneur et le freelanceur n’ont pas la même ambition

L’autre différence entre un entrepreneur et un freelance réside dans la capacité du projet à changer d’échelle.

Les entrepreneurs gagnent de l'argent lorsqu'ils dorment

Pour faire grossir son business le pigiste n’a pas d’autres choix que d’embaucher d’autres pigistes qui travailleront pour lui. Embaucher des personnes pour faire un travail que l’on peut faire en travaillant plus n’est pas un changement d’échelle. De plus c’est très périlleux : Gérer d’autres pigistes, c’est un travail bien différent que d’être un pigiste.  En se détournant de ce qu’il sait faire, il se met en danger. C’est d’ailleurs pour cette raison que les investisseurs n’investiront probablement pas dans ce business. Un pigiste dans l’âme ne sait pas vendre.

Mark Zuckerberg ne code pas, Travis Kalanick ne conduit pas d’Uber. Ils construisent des systèmes plus grands qu’eux. Ils utilisent l’argent (de préférence l’argent de quelqu’un d’autre) pour bâtir une entreprise plus grande qu’eux-mêmes. Ils se concentrent sur la croissance et la mise à l’échelle des systèmes qu’ils construisent.


Sources :

→ The freelancer and the entrepreneur by Seth Godin

→ Du chevalier au paternaliste : la fabrique du mot « entrepreneur » by France Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *