BlogFinancer son projet

Framework pour choisir son incubateur méthodiquement

trouver une structure d'accompagnement idéale

Nombreuses sont les problématiques auxquelles doit faire face un entrepreneur et la palette de compétences pour y répondre est bien vaste. Pour pallier le manque d’expériences, de connaissances et de temps, sept types de structures d’accompagnement existent : Couveuse, Incubateur, FabLab, Accélérateur, Pépinière, Espace de coworking, Réseau d’entrepreneurs.

Elles peuvent vous faire gagner des mois d’exécution. Mais le problème c’est que toutes les structures d’accompagnement ne sont pas là pour des bonnes raisons. Par conséquent, les accompagnements sont très souvent une véritable perte de temps (à quoi bon discuter avec des gens qui ne peuvent rien pour vous, pire vous donner de mauvais conseils), et d’argent (parce que rien n’est gratuit). 

Vous devez donc être rigoureux et méthodique dans votre recherche et faire les choses dans l’ordre :

1) Diagnostiquez de manière précise les besoins sur lesquels vous souhaitez vous faire accompagner (parce que vous n’avez pas les ressources en interne pour y remédier).

Ces besoins évoluent en fonction de la phase de vie de votre startup (idéation, création, développement, scale). Ils peuvent être d’ordre stratégique (financement, Offre, Business Model), liés au cœur de métier (Vente, marketing, production, distribution, R&D) ou encore aux fonctions support (Comptabilité, RH, infrastructure, etc.).

2) Identifiez la proposition de valeur de la structure d’accompagnement.

Les offres des structures d’accompagnement se distinguent par les problématiques (infrastructure, conseils et financement) qu’elles traitent et par cibles (phase de vie de la startup). Un premier écrémage peut être fait avec le tableau suivant :

Se repérer parmi les structures d'accompagnement startup

Mais ce n’est pas suffisant. Il faut aller beaucoup plus loin dans l’analyse de la proposition de valeur. Je vous donne le framework juste après le 3).

3) Assurez vous de la correspondance entre vos problématiques et les réponses qui seront apportées par la structure d’accompagnement.

Voici donc le framework pour identifier la proposition de valeur d’un incubateur (ça marche aussi pour un accélérateur) :


#1 – Les connexions de l’incubateur (ou accélérateur)

La plus grande force d’un incubateur (ou d’un accélérateur), c’est son encrage dans un écosystème donné. Les connexions sont probablement la meilleure chose qu’il puisse vous offrir : Mentors, communauté d’entrepreneurs, investisseurs, industriels, corporates, universités, institutions publiques, etc.

Vous devez trouver une structure intégrée dans l’écosystème qui vous intéresse.

Par exemple, aux Etats-Unis, si votre startup est une entreprise d’accessoires de mode, New York est un endroit plus propice que Seattle. De même, si vous êtes une start-up technologique, cherchez des structures d’accompagnement dans la Silicon Valley plutôt qu’à Chicago.

En France, tout ne se passe pas à Paris non plus. Les startups autour des sports de glisse vont plutôt s’installer au coeur du Pays Basque où l’écosystème y est particulièrement propice au développement de ce type d’entreprise.

Le mieux c’est de vous procurer une cartographie de l’écosystème comme celle qui a été fait pour la Bretagne (où la fabriquer vous-même).

ecosysteme digital breton

Une fois que vous avez identifié le bon écosystème, repérez les structures d’accompagnement. Essayez alors d’évaluer leur niveau d’implantation. 


#2 – Les accompagnateurs de l’incubateur

Si la première question que l’on vous pose est : en quoi votre startup est différente des autres ? Fuyez. Vous avez devant vous un incompétent.Une startup ne vit pas parce qu’elle fait quelque chose de différent mais elle fait quelque chose de mieux.

La qualité d’une structure d’accompagnement réside aussi dans la valeur des personnes qui la compose. Se renseigner sur le profil des fondateurs et des coachs est très éclairant (au moins faire un tour sur Linkedin). Et à l’entretien, essayez de vous faire une idée sur la qualité des accompagnateurs en évaluant la qualité des questions que l’on vous pose.

Prenons le classement des meilleurs structures d’accompagnement des startups au monde (classement Seed DB) :

tableau indiquant les meilleurs accélérateurs du monde

J’ai remarqué que tous sont entrepreneurs où ont déjà créer une entreprise :

  • Y combinator  → Le CEO, Sam Altman,  a créé Loop (networking) en 2006 qui depuis a fermé ;
  • Techstars → Le CEO, David Cohen a fondé plusieurs entreprise (Earfeeder, Icentric Corporation, Pinpont Technologies, etc.) ;
  • 500startups → Le CEO, Dave McClure a créé aussi une entreprise appelé Aslan Computing en 1995.

Peu importe qu’ils aient créé une ou plusieurs entreprises. Et tant pis si elles n’existent plus. L’essentiel est que les accompagnateurs aient déjà créé au moins une entreprise.

Oussama Ammar, Co-founder de The Family, a planté Hypios. Il le dit lui même, c’est un piètre entrepreneur. Mais créant plusieurs entreprises, il a appris. Il est capable d’aider les autres à éviter de faire les mêmes erreurs que lui.


#3 – L’infrastructure de l’incubateur

Lancer une startup ça coûte de moins en moins cher. Mais ça coûte quand même. L’infrastructure que propose la structure d’accompagnement (locaux, aide juridique, serveurs, etc.) permet de réduire considérablement les dépenses de lancement et de repousser au maximum la levée de fonds.

L’infrastructure repose sur les partenariats mis en place par la structure d’accompagnement avec les grands groupes. Par exemple, The Family Sont également proposés des services à prix négociés de la part d’entreprises comme Facebook, Amazon, ou encore Github.

L’incubateur Station F propose une infrastructure impressionnante à ses startups :

L'infrastructure proposée par l'incubateur Station F est très puissant

 

Renseignez-vous aussi sur la capacité à mettre à disposition une infrastructure de test pour votre produit. Lancez votre solution auprès d’utilisateurs réels est une source d’apprentissage indispensable pour progresser.


#4 – La réputation de l’incubateur

Qu’en dit-on ? que disent les anciens / actuels sur cet incubateur ?  Les bruits, les ragots, l’information : Parlez-en autour de vous et faites quelques recherches sur internet. Consulter les classements, et renseignez vous sur les forums spécialement dédiés aux entrepreneurs.

Par exemple, j’ai trouvé quelques articles qui donne une idée de l’ambiance à Station F, le plus grand incubateur du monde.


#4 – Les chiffres de l’incubateur

Les chiffres ne mentent pas. Demandez le portfolio de la structure : Combien de startups en portefeuille ? Combien d’entre elles existent toujours ? Quelles sont celles qui ont connues le succès ? Combien ont-ils accompagnés de startups dans le domaine / secteur qui vous intéresse ?

A la manière des fonds d’investissement comme ISAI, de plus en plus les structures d’accompagnement font preuve de transparence et mettent leur portfolio en libre accès. C’est le cas du  Y combinator.

Alors si, cinq ans après la fin du programme, la plupart des entreprises diplômées ont échoué, il serait peut-être bon de chercher ailleurs.

Sources :

La boussole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *